Les élèves des groupes scolaires Amrou Asriri et Cherif Al Idrissi de la commune rurale d’Asrir ont participé du 17 au 18 octobre 2011, à Guelmim, à la célébration de la Journée Internationale pour l’Elimination de la Pauvreté.

Entre chants écologiques, pièces théâtrales et jeux éducatifs sur l’environnement, les écoles de cette petite commune rurale ont donné à voir, à la grande satisfaction du public présent, toute la dynamique qui les anime en matière de préservation de leur environnement et de valorisation du patrimoine écologique local. Cette dynamique a été, rappelons le, au centre des préoccupations du programme d’Education et de Sensibilisation à l’Environnement et au Développement Durable mené par Enda Maghreb avec l’appui financier du Fonds du « Team to end poverty » du PNUD Maroc au niveau de ces deux écoles et dont la visée est de permettre aux élèves d’acquérir les connaissances, les comportements et les compétences pratiques leur permettant d’œuvrer, de façon responsable et efficace, pour la préservation de l’environnement.Qui serait mieux placé que les enfants, pour parler des générations futures ? Si le plus souvent les élèves sont considérés comme des « machinaux » par rapport aux enjeux environnementaux, dans la commune oasienne d’Asrir, ils prouvent tout à fait le contraire. C’est ainsi que le 17 octobre, les élèves des deux écoles ont pris part à une course « écologique » organisée au cœur de l’oasis de Tighmert. Cette course a connu la participation de l’ex double championne du monde du 400 m haies, Nezha Bidouane, qui, à l’occasion, a chaussé ses baskets et a couru avec les enfants en faveur de l’environnement.Néanmoins, les enfants des deux écoles ne se sont pas contentés de participer, en tant que sportifs, à cette manifestation. Veillant au respect et la prise en charge de leur environnement, les clubs relatifs à l’environnement mis en place au sein des ces écoles, sus-citées, ont mis à profit cet événement pour se mobiliser et procéder au nettoyage de leur oasis. Parallèlement aux différentes activités commémoratives des JIEP 2001 dont notamment, une foire agricole, les visites des projets de terrain et les messages des acteurs institutionnelles et autorités locales, les élèves des deux écoles rurales ont animé le 18 octobre, à leur manière, un atelier intitulé « Education à l’Environnement : sensibilisation des enfants par les enfants ». Devant un public constitué de près de 400 lycéens, réunis dans la salle du Conseil Régional de la Province, les jeunes élèves ont présenté, avec beaucoup de cœur et d’imagination, leur chanson qu’ils ont eux-mêmes composée et dont les paroles témoignent d’un sens de la responsabilité et d’une sensibilité accrue par rapport aux problèmes environnementaux.. A travers un journal télévisé improvisé, les deux écoles ont invité les participants à un voyage dans le futur pour démontrer au public, qu’avec les mêmes attitudes actuelles et l’accroissement de la dégradation des ressources naturelles, les prochains conflits mondiaux, vers 2060, auront une connotation écologique et auront pour cause, entre autres, le manque d’eau. Une manifestation comme la coupe du monde de foot-ball serait alors jouée pour gagner l’équivalent de cinq citernes d’eau. Terminant sur une note d’espoir, les élèves ont rappelé qu’il était tout à fait possible d’éviter cela, en oeuvrant ensemble en faveur de la préservation de l’environnement et à travers une gestion rationnelle des ressources naturelles, à l’image des réalisations de leurs écoles.En marge de cette célébration de la Journée Internationale pour l’Elimination de la Pauvreté, des visites de deux écoles ont été organisées au profit de certains participants. Ce fut le cas de la championne du monde Nezha Bidouane et de son équipe de l’association Femme, Réalisation et Valeurs, ainsi que du groupe marocain de Rap H-Kayne, tous deux mobilisés à l’occasion en tant qu’ambassadeurs de bonne volonté du PNUD Maroc auprès des jeunes. L’ensemble des visiteurs a pris connaissances des réalisations au sein des deux écoles, Amrou Asriri et Cherif Al Idrissi, qui ont bénéficié de la mise en œuvre, par Enda Maghreb, d’une démarche pédagogique en matière d’éducation et de sensibilisation à l’environnement. En deux ans d’intervention, l’impact de cette intervention est plus qu’évident. Ces écoles ont connu une métamorphose, tant sur le plan de leur environnement que celui des comportements des enfants, qui se sont entièrement appropriés le projet. Des systèmes d’approvisionnement en eau et en électricité solaires ont été mis en place, des espaces verts et des jardins potagers aménagés, des modules de formations et guides pédagogiques élaborés et diffusés, des aires de jeux aménagées, des excursions thématiques organisées, dans une démarche participative qui implique tant l’école, que les populations locales et les autorités.

Ces nombreux acquis ont suscité l’admiration des visiteurs qui ont exprimé leur souhait et manifesté leur volonté de voir ce genre d’initiatives dupliquées dans d’autres régions du Maroc.